Langue:   Language:   Nyelv:  
Advanced search


Joe the Sniper on the background of European sanctions against Russia

(This article is not available in English.)
10 octobre, 2014
New Brief
Hajnalka Vincze
Le vice-président (VP) américain, fidèle à sa réputation de franc-parleur/gaffeur invétéré, a donc récemment admis (le 2 octobre, à l’université de Harvard) que c’est sous la pression des Etats-Unis que l’UE avait fini par adopter les sanctions contre la Russie. Ou comme dit l’inimitable Biden : « c’est vrai qu’ils ne voulaient pas le faire », « mais encore une fois, c’est le président des Etats-Unis qui a dû insister » auprès des Européens.
 
 
C’est sûr, on comprend chaque jour encore plus pourquoi Oussama Ben Laden voulait épargner Joe Biden dans l’espoir que celui-ci devienne lui-même président des Etats-Unis. Le VP maîtrise indéniablement l’art de se tirer une balle dans le pied. En l’occurrence, son aveu public aurait dû avoir l’effet d’une bombe atomique dans les relations transatlantiques.
 
Car, pour une fois, il ne s’agit pas d’une révélation a posteriori, mais d’un aveu concernant directement les événements qui se déroulent en temps réel. Il ne s’agit pas non plus seulement d’abstractions politiques (comme l’indépendance pour ne citer qu’elle) et de long terme (relations avec le partenaire stratégique qu’est la Russie), mais de pertes d’argent bien concrètes pour les gouvernements (et les contribuables) européens. Et il n’est même pas possible de (faire) croire à une exception, à une sorte d’anomalie, puisque le tout survient alors même que l’affaire Snowden/NSAvient de nous donner, il y a peu, un aperçu fort éclairant de la réalité des relations entre les deux rives de l’Atlantique.
 
Tous les ingrédients ont donc été réunis pour un scandale. Non pas que le suivisme européen soit une surprise en soi, mais parce que l’on a fait toutes les gesticulations possibles et imaginables pour éviter que cela se voie. Normalement, l'aveu de Biden aurait donc dû avoir l’effet d’un pavé dans la mare. Mais c’était sans compter avec l’incroyable servilité des gouvernements européens qui, une fois démasqués, continuent à faire comme si de rien n’était. Comme s’ils avaient décidé des sanctions de leur propre chef. Comme s’ils ne venaient pas d’être discrédités, une fois de plus, devant le monde entier. Et, accessoirement, devant leurs propres concitoyens.

share:

Tags:
ue, russie, crise ukrainienne, relations transatlantiques


News Briefs
EU Seat on the UNSC? A False Good Idea: Attractive but Counterproductive

It would be desirable to see Europe “speaking with one voice”...

The French defense minister tries to convince the US on the idea of European autonomy

At the Atlantic Council in Washington, Florence Parly...

Macron against the US-bound diversion of European defense budgets

Emmanuel Macron has rocked a very sensitive boat. For decades,...

On Syria and Trump, President Macron in the illusion of influence

A couple of seconds within a two-and-a-half hour television...

Europe’s Voters Have Spoken…But What Did They Say?

I had the pleasure to discuss the results of German elections,...

Conversation on the eve of French presidential elections

I had the pleasure to discuss the upcoming French elections with...

EU calls for non-interference from America

During a discussion at the Atlantic Council in Washington,...

Jump into the Unknown - guide to the Trump Presidency (Foreign Affairs)

 
Soon-to-be President Trump, the best ally for France's European policy

NATO "obsolete", the Brexit "a success"? The bluntly expressed...

Blame on Putin?

 





Most popular

Beyond Macron's Subversive NATO Comments: France's Growing Unease with the Alliance

In deciding to give an interview to The Economist where he...

Who

 




COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS