Recherche avancée


Un pour tous, tous pour un ? (Partie 1 : l’OTAN et ses garanties en trompe-l’œil)

13 mai, 2014
Note d’actualité
Hajnalka Vincze
Conséquence immédiate de la crise en Ukraine : la « défense collective » a le vent en poupe. L’un des mythes les plus soigneusement entretenus des relations transatlantiques et, par là même, l’un des tabous les plus persistants de la défense européenne, le concept d’assistance militaire mutuelle a été propulsé sur le devant de la scène. Il serait donc temps de le regarder d’un peu plus près.
 
 

D’abord le mythe. 
Celui qui entoure le fameux Article 5 du Traité de Washington de l’Alliance atlantique, lequel article serait la transcription juridique de ce que l’on appelle communément le parapluie des Etats-Unis. Sauf que c’est un parapluie à trous, dès l'origine. Lors des négociations dudit traité, le contenu du dénommé pledge(promesse) faisait l’objet d’âpres controverses. Les Européens auraient souhaité un engagement automatique de la part de l’Amérique (comme celui du traité de Bruxelles entre la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, Le Luxembourg et la Belgique). Mais l’Amérique, elle, n’avait nullement l’intention de s’engager de la même manière. D’où la formule alambiquée de l’Article 5, selon laquelle, en cas d’agression, les parties « conviennent que chacune d’elles assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire ».
 
Ironie de l’histoire, la première fois que l’Article 5 a été invoqué, c’était pour marquer la solidarité des Européens à l’égard des Etats-Unis en septembre 2001, suite aux attentats terroristes. Mais, du même coup, les restrictions implantées dans l’Article 5 sont apparues au grand jour. Comme l’explique la fiche de l’OTAN: en vertu du Traité « chaque Allié examinera l'assistance qu'il devrait apporter ». « Les Alliés peuvent apporter toute forme d'aide qu'ils jugent appropriée face à la situation. Cette aide, qui n'est pas nécessairement militaire, dépend des ressources matérielles de chaque pays. Chaque membre détermine les modalités de sa contribution ».Et si ce n’était pas suffisamment clair, le texte répète que « Il s'agit d'une obligation individuelle pour chaque Allié et il appartient à chacun d'eux de déterminer ce qu'il juge nécessaire dans ces circonstances particulières ». La voilà, la version OTAN de la fameuse défense mutuelle. 

La question se pose tout de suite : pourquoi les uns et les autres tiennent alors à perpétuer le mythe ? Pour l’Amérique, cela va de soi, son parapluie fictif lui assure une influence et un droit de regard formidables. D'où la mise en avant des gestes de « réassurance » de sa part. Les motifs des Européens sont un tantinet plus compliqués. Les euro-atlantistes surjouent la défense collective de l’OTAN parce qu’ils espèrent ainsi justifier la primauté de l’Alliance, et se mettre donc dans les bonnes grâces de l’Oncle Sam. Les « euro-gaullistes » y trouvaient leur compte pour un moment, lorsqu’il fallait d’un côté faire place à la PSDC (politique de sécurité et de défense de l’UE, lancée sous condition de se limiter à la gestion des crises), de l’autre essayer d'éviter que l’OTAN soit entraînée dans les aventures guerrières des Etats-Unis.
 
Surtout, pour l’écrasante majorité, c’est une manière commode de se dédouaner de leurs responsabilités. Faire croire (et feindre de croire) à un hypothétique parapluie américain, c’est le meilleur moyen pour justifier le sous-investissement en matière de défense. Ainsi que pour se débarrasser du fardeau psychologique (pour les pacifistes) et politique (pour les atlantistes) de ce qui serait une défense véritablement militaire et véritablement indépendante. Ce n’est pas évident de penser sa propre défense, d’en assumer la responsabilité, et de réfléchir en termes d’autonomie et de puissance. Surtout quand on en a perdu l’habitude depuis un bon bout de temps…
 
Sauf qu’il faudrait, pour légitimer l’abdication, que le soi-disant parapluie US/OTAN fonctionne de manière crédible. Ce qui se vérifie surtout dans des situations de crise.* Or, jusqu’ici, la prestation de l’Alliance non seulement n’a pas convaincu les sceptiques, mais aussi et surtout elle a profondément frustré l’aile la plus atlantiste. Pour Ian Brzezinski, de l’Atlantic Council, « la réponse de l'OTAN à l'invasion de l'Ukraine a été décevante », et elle a aggravé les inquiétudes concernant d’une part « la capacité de l’OTAN à agir de manière décisive », de l’autre « l’engagement des Etats-Unis ».
 
D’après le New York Times « L’Europe de l’Est s’inquiète de la capacité de l’OTAN à freiner la Russie ». Des doutes se font entendre, notamment de la part de responsables atlantistes, quant à la capacité et la volonté de l’Alliance à faire autre chose que des gestes largement symboliques. Ces fidèles des fidèles se lamentent, réclament des bases permanentes, et annoncent que « si l’OTAN ne réagit pas avec force, alors l’OTAN est morte ». Reste à voir si, une fois la crise passée, cette expérience grandeur nature sera suffisante pour ouvrir la voie vers l’exploration d’autres options en matière de défense collective. Ou, au contraire, elle sera occultée et réinterprétée pour justifier un engagement encore plus ferme en faveur de l’US/OTAN et ses garanties fictives.
 
*Pour ce qui est de son volet dissuasion nucléaire élargie, il a été discrédité dès la perte du monopole nucléaire US. Comme le Général De Gaulle l’avait noté en 1963 : « Du fait que les Russes ont, eux aussi, maintenant, de quoi détruire l'univers et notamment le nouveau continent, il est tout naturel que l'Amérique voit dans sa propre survie, l'objectif principal d'un conflit éventuel et n'envisage le moment, le degré, les modalités de son intervention nucléaire pour la défense d'autres régions, en particulier de l'Europe, qu'en fonction de cette nécessité naturelle et primordiale ». Il s’agit là de la difficulté inhérente à toute idée de dissuasion élargie. Dans son livre La paix des illusions (la grande stratégie américaine depuis 1940 jusqu’à nos jours), Christopher Layne résume bien l’absurdité de la dissuasion assurée par un tiers dans l’ère atomique : en réalité, pour une puissance nucléaire « il vaut mieux de voir ses alliés conquis que son propre territoire anéanti ».  A moins de prétendre le contraire (et surtout d’en persuader à la fois les alliés et les adversaires potentiels), il ne peut tout simplement pas y avoir de dissuasion élargie.

share:

Tags:
défense collective, dissuasion nucléaire, otan


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS