Recherche avancée


Explosions en perspective

Népszabadság Online - 08 juillet, 2005
Note d’actualité
Hajnalka Vincze

Au lendemain des « incidents » terroristes à Londres, il est important de noter que ce qui s’est passé n’est pas une surprise, pas un échec, pas un réveil européen et pas le début d’une nouvelle ère. La principale caractéristique de la série d’attentats qui s’est produite hier dans la capitale britannique, est qu’elle n’a absolument rien changé ni à la menace terroriste, ni à la lutte contre celle-ci. Les rhétoriques politiciennes ou journalistiques qui prétendent le contraire sont simplement à la recherche de prétextes.

Afin de rendre la tâche des terroristes plus difficile, la triple formule reste toujours de mise : la prévention opérationnelle par le biais surtout de la coopération en matière de renseignement; le règlement politique des conflits et anomalies qui sont à la base de la rhétorique et du recrutement des terroristes ; la préparation à la gestion des conséquences des éventuels attentats. Les Européens savent depuis longtemps qu’il n’existe aucune autre formule magique. A en juger par les premières réactions disciplinées des autorités britanniques, on aurait comme impression que les terroristes se sont trompés de cible. La véritable question est, néanmoins, de savoir si les politiques se joignent à ce type de comportement ou plutôt à celui des médias avides de sensationnel. Le style et la présentation sont de la plus haute importance dans une lutte qui se joue (entre autres) sur le plan des idéologies. Mais le style sans la substance ne mène nulle part. Comme l’avait formulé Javier Solana, Le Haut Représentant pour la Politique étrangère et de sécurité commune de l’UE : « Nous devons maintenir notre détermination à comprendre et à traiter ce qu’il y a derrière le terrorisme. Aucune cause ne le justifie, mais rien ne justifie l’ignorance de ses causes. Clairement, il y a une frange fanatique qui se situe au-delà du discours politique. Mais cette frange vit dans un lac de mécontentements et de griefs dont elle se nourrit. Quand ces griefs sont légitimes, ils doivent être traités non seulement pour une raison de justice, mais aussi parce que 'l’assèchement du marécage' en dépend ».

Texte complet en hongrois.


share:

Tags:
terrorisme


Brèves
Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...






Les plus lus





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS