Recherche avancée


Petites perles de la semaine écoulée (22 septembre 2013) - compilation des entrées Google+

22 septembre, 2013
Brève
Hajnalka Vincze
Relations transatlantiques
Dîner Atlantik-Brücke à Francfort. Trois points à souligner dans un discours récent du nouvel ambassadeur US en Allemagne. Un sur le TTIP, un sur le lobbying, un sur l'affaire des écoutes de la NSA.
1.  Le TTIP (accord de libre-échange transatlantique) a en effet vocation de devenir « la fondation d’un nouveau cadre stratégique, politique et économique pour le 21ème siècle ». « Tout comme l’OTAN nouvelle transcende les seules questions de sécurité, le TTIP est plus qu’un simple accord sur le commerce et l’investissement. Lui aussi, il va devenir la clef-de-voûte des relations transatlantiques ». Pourvu qu’il n’y ait pas de « duplications inutiles »…
2.  Appel à la mobilisation des milieux universitaires et du monde des affaires « pour éduquer ceux qui sont dans les organes législatifs lesquels finiront par voter sur la législation commerciale ». Que chacun prenne ses responsabilités (pour appliquer les consignes US et mettre la pression sur ses députés).
3.  Peu rassurant, l’ambassadeur prédit de nouvelles fuites à répétition, du genre affaire Snowden/NSA (« il y a tout lieu de croire que ce type de fuites pourrait bien continuer à l’avenir »). L’important est de ne pas se laisser impressionner. « Chaque fois que cela se produit, nous avons un choix: nous pouvons soit nous arrêter dans notre élan, nous tordre les mains collectivement, et mettre un frein à tout le travail crucial que nous menons ensemble,ou nous pouvons continuer à avancer systématiquement sur tous les fronts. Je recommande vivement cette dernière option ». Avançons, parbleu, avançons. L’espionnage US massif en Europe n’est qu’une banale distraction.
 
NATO: Ready, Robust, Rebalanced. Edifiant, le dernier discours prononcé par Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’OTAN. La première partie est la démonstration éclatante que l’Alliance vit dans un univers parallèle, la seconde fait l’étalage des trouvailles rhétoriques nouvelles pour calmer les inquiétudes européennes. Il faut dire aussi qu’à la fondation Carnegie Europe M. Rasmussen jouait, pour ainsi dire, « à la maison ». Pour preuve un papier au titre évocateur « oublions la PSDC et passons au plan B » (consistant à nous en remettre à l’OTAN, bien sûr) de la plume du directeur de cette fameuse institution.
 
Joint Strike Fighter F-35
Will the F-35, the U.S. Military’s Flaw-Filled, Years-Overdue Joint Strike Fighter, Ever Actually Fly?. Juste pour le plaisir. Une multitude de petits détails croustillants sur notre Joint Strike Fighter (F-35) préféré. Sous le titre “Will it fly ?”, c’est maintenant Vanity Fair qui s’y est attelé. Pour commencer : "the F-35’s current limitations: the squadrons at Eglin are prohibited from flying at night, prohibited from flying at supersonic speed, prohibited from flying in bad weather (including within 25 miles of lightning), prohibited from dropping live ordnance, and prohibited from firing their guns." Et ça continue dans la même veine, à n'en pas finir... Trop beau pour être coupé/cité en morceaux, cet article est à lire en entier.
 
F-35 Wins Netherlands Fighter Replacement Competition. Et dire qu'il n'y aurait pas assez d'argent pour l'Europe de la défense... Si on le dépense pour des programmes US censés détruire nos industries d'armement, on comprend. "The Dutch have budgeted €4.5 billion (US $6 billion) for the F-35. Because operating costs for the F-35 are still undecided, the country is putting in a contingency reserve of “10 percent for the investments and the operating costs.”"
 
Pour mémoire: un épisode accessoire, mais non moins révélateur de l'ambiance des tribulations néerlandaises autour du Joint Strike Fighter (F-35). C'était il y a onze ans... "The fiercely anti-immigration Pim Fortuyn List, which came joint second in last month's general election after its charismatic leader was shot dead, elected Mat Herben, 49, to succeed him. "We were flabbergasted," a member of the List's board, Broos Schnetz, said yesterday. "He is an old ministry of defence official and perhaps his job was to infiltrate the operation to get the party to vote for the fighter, something which we were always against". Media sources said it was bizarre that Mr Herben, a proponent of Dutch involvement in the fighter project, should join a party whose leader and members disagreed with him." (Andrew Osborn, Fortuyn's successor 'is security plant', The Guardian, 28 juin 2002)
 
F-35’s Ambitious, New Fleet Management System. Une manière de plus pour enfermer les futurs acheteurs (européens pour la plupart) du Joint Strike Fighter F-35 sous contrôle américain. "Ce n'est pas seulement un avion optimisé pour opérer en coalition, il est difficile de voir comment il pourrait opérer du tout sans un soutien US direct et constant". Quelques jours après avoir écrit cette phrase, en 2009, Bill Sweetman tenait à donner des explications éclairantes pour apprécier pleinement le système ALIS dont il est question aujourd’hui: "First of all, all JSFs are intended to operate within an automated support and logistics system. It's as if your Mercedes had a chip inside it which detected any fault and used wi-fi or a cell-phone to call a computer, which directed a warehouse in Stuttgart to ship a part to your dealer. But jets need fixing all the time, so without access to that system you would quickly be grounded." Il suffit juste de remplacer Stuttgart par Fort Worth, Texas, Etats-Unis. (Bill Sweetman, Mustard up my nose, 16 janvier 2009, Ares blog, www.aviationweek.com)
 
Précisions sur ALIS dans l'article d'aujourd'hui (A noter comment l'approche innovative du "design" de l'avion est mise en parallèle avec le caractère innovatif du programme de gestion. Sachant ce qu'il en est de la première, cette comparaison est tout sauf prometteuse pour la seconde) : "Just as the F-35 program broke ground to standardize an aircraft design for three U.S. services and eight international partners, the Autonomic Information Logistics System (ALIS) also reflects a new way of managing a fleet. And, in the case of the F-35, it is a multinational fleet that will share global resources." "The idea behind ALIS is a single, central fleet-management tool that will allow for truly predictive maintenance. Health data for the worldwide fleet will be collated at a hub in Fort Worth and provide analysts with insight of parts longevity or timing for inspections, for example."
 
Labour Members Rebel On JSF, Audit Office Says Figures Don't Add Up (Pays-Bas). Malgré la décision qui se veut définitive, le JSF F-35 ne fait toujours pas l'unanimité aux Pays-Bas. C'est pourtant si beau sur le papier. Et le moment de l'annonce si opportun pour le Pentagone dont tous les programmes majeurs, et en particulier le plus calamiteux d'entre eux, sont dans la ligne de mire lors des négociations budgétaires US.
 
Countries Bale Out of Fighter Deal. Comme quoi les contraintes budgétairespourraient fournir l'occasion d'en finir avec les fausses raisons soi-disant économiques derrière l'achat de matériel US. La crise comme une opportunité - la rengaine pourrait marcher aussi dans le sens inverse de ce que proposent les responsables "européens" du genre de MM. Rasmussen/Barroso etc..
 
Service national obligatoire
Swiss to vote on military draft, a national bedrock. Espérons que les Suisses tiendront bon, et préserveront le précieux lien entre le Peuple et son Armée. A la fois manifestation symbolique et outil pratique de l'esprit de défense, la conscription apparaît également comme un rempart potentiel contre de nombreuses dérives (que ce soit la multiplication des "guerres de choix", les externalisations à outrance ou la surtechnologisation contre-productive).
 
Elections allemandes
Angela Merkel toujours en tête des sondages mais l'écart avec l'opposition se resserre à une semaine des élections allemandes. Tour d'horizon électoral à J-7 des législatives en Allemagne, par la Fondation Robert Schuman. Pour l'aspect Snowden/NSA: « Le candidat de l'opposition a également tenté de mettre la chancelière en défaut sur les révélations faites par Edward Snowden, ancien consultant de l'Agence nationale de sécurité (NSA) des Etats-Unis, à propos du programme de surveillance électronique PRISM par lequel les Etats-Unis espionnaient les chancelleries européennes. 500 millions de données allemandes auraient été récupérées chaque mois par l'Agence américaine. "En tant que chancelière, Angela Merkel a fait le serment de protéger le peuple allemand mais il a été porté atteinte de façon massive aux droits fondamentaux des citoyens allemands" a déclaré Peer Steinbrück au quotidien Bild. Le SPD a obtenu la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le sujet. Mais un proche de la chancelière, chargé des services secrets, a publié un document montrant que Frank-Walter Steinmeier (SPD), ancien ministre des Affaires étrangères (2005-2009), ancien vice-chancelier (2007-2009) et actuel président du groupe SPD au Bundestag, avait, alors qu'il était directeur de la chancellerie en 2002, signé un accord avec les Etats-Unis et que le SPD était donc depuis longtemps au courant des agissements de la NSA. » (Corinne Deloy, Angela Merkel toujours en tête des sondages mais l'écart avec l'opposition se resserre à une semaine des élections allemandes)
 
The German election: What Europe expects - and what Germany will not do. Analyse sur la politique européenne de l'Allemagne, par le European Council on Foreign Relations. "Germany may be central to European politics but it sees itself as a role model rather than as a power with an obligation to lead." "Germans think that, rather than chasing the pipedream of a global European diplomatic or military power, they are showing by example an alternative vision of Europe’s role in the twenty-first century." (Ulrike Guérot,The German election: What Europe expects - and what Germany will not do)
 
Politique de défense américaine
Rare Earth Elements in National Defense. Un récent rapport du Service de recherches du Congrès US se penche sur la question des terres rares dans la défense nationale pour évaluer les risques de dépendancepar rapport à la Chine: "the potential for a nearly total U.S. dependence on foreign sources for rare earth elements and the implications of this dependence for national security"

"The United States is a major consumer of products containing rare earth elements. These elements are incorporated into many sophisticated technologies with both commercial and defense applications. From the 1960s to the 1980s, the United States was the leader in global production of rare earths. Since that time, processing and manufacturing of the world’s supply of rare earths and downstream value-added forms such as metals, alloys, and magnets have shifted almost entirely to China, in part due to lower labor costs and lower environmental standards. A series of events and ensuing press reports have highlighted the rare earth “crisis,” as some refer to it. One such event occurred in July 2010, when China’s Ministry of Commerce announced that China would cut its exports of rare earth minerals by about 72%. In September 2010, China temporarily cut rare earth exports to Japan, apparently over a maritime dispute. This dispute highlighted the potential for disruption of the world’s supply of rare earth materials."

share:

Tags:
politique américaine, relations transatlantiques, allemagne, otan, joint strike fighter/f-35


Brèves
Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...






Les plus lus

OTAN: un inventaire des efforts de l'Alliance en matière de contre-terrorisme

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS