Recherche avancée


Brèves transatlantiques de juillet-août-septembre 2007

Hajnalka Vincze

Quelques nouvelles de l’actualité européenne et transatlantique, brièvement présentées et commentées.

Les consultations russo-américaines sur la défense antimissile se sont poursuivies, sur la base notamment de la proposition du Président Poutine, qui avait suggéré début d’été l’utilisation commune du radar de Gabala (loué par Moscou à l’Azerbaïdjan) et du nouveau radar en construction dans le Sud de la Russie. Pour les Russes cette offre constituerait une alternative au déploiement du système US en Europe centrale, pour les Américains elle n’en pourrait être qu’un complément. Pendant ce temps, le financement du « troisième site » fut approuvé, quoique avec des coupes, dans les deux chambres du Congrès. Sur une enveloppe totale de près de 8,5 milliards de dollars consacrés à la défense antimissile, le Sénat (ayant proclamé en juillet la mise en place du système antimissile en Europe « politique d’Etat ») a réduit les 310 millions de dollars demandés par l’administration à 225 millions de dollars. Ce qui, d’après le directeur de l'US Missile Defense Agency, ferait retarder de six mois tout au plus les travaux de construction.

Dans les pays d’accueil du système antimissile, l’enthousiasme populaire n’est toujours pas au rendez-vous. Alors que 70% des Américains soutiennent le déploiement des éléments du bouclier US en Pologne et en République tchèque, les citoyens concernés continuent à s’opposer majoritairement à l’idée. Varsovie espère parvenir à un accord avec Washington, sur l’installation des intercepteurs, d’ici la fin de l’année. Prague semble plus prudent côté calendrier, et le chef de la diplomatie tchèque insiste que la station radar soit déployée aux mêmes conditions (ex. accès aux informations récoltées) qu’au Royaume-Uni. Petite complication supplémentaire : les dirigeants socialistes de la région (Pologne, République tchèque, Slovénie, Slovaquie, Allemagne et Autriche) ont signé mi-septembre une déclaration commune où ils se disent « sur la même ligne que la large majorité de nos populations qui rejettent » le projet US. Les signataires souhaitent qu’à l’avenir l’UE, l’OTAN et le Conseil OTAN-Russie jouent un rôle plus important dans les discussions en la matière.

Sur le théâtre afghan, les dirigeants de l’OTAN multiplient les appels à l’envoi de plus de soldats et à la levée des restrictions imposées par les Etats sur l’usage de leurs forces. Les comptes rendus du terrain divergent : le président afghan fustige les « opérations imprécises et sans discernement » des forces internationales ; l’état-major OTAN se vante de « faire preuve de retenue » et rappelle que « si on appliquait la force aveugle, on les vaincrait très vite » ;  tandis que pour le chef des forces néerlandaises les talibans sont « de plus en plus performants » et font « de moins en moins d’erreurs ». Les Pays-Bas, justement, se retrouvent dans le collimateur, vu que le gouvernement doit bientôt décider s’il veut prolonger ou pas le mandat de ses troupes envoyées dans le Sud du pays. Le Secrétaire général de l’Alliance atlantique profite de l’occasion pour lancer une mise en garde : dans le quotidien NCR Handelsblad du 19 septembre il déclare que des 40 pays participant à la mission internationale sous commandement OTAN, « personne ne peut partir et personne ne va partir » d’Afghanistan.

Le Congressional Research Service (centre d’expertise du Congrès américain) publie, mi-juillet, une mise à jour du rapport sur le programme F-35 Joint Strike Fighter (JSF ou Lightning II). On y soulève, surtout, une longue série de points d’interrogation au sujet de cet avion multinational, multiservice et multirôle. Les incertitudes concernent, entre autres 1. l’adéquation du projet aux menaces (de sérieux doutes pesant sur l’utilité du JSF au vu des scénarios de crise et des performances des autres avions US); 2. le coût du programme (le prix de l’avion étant estimé à environ 66% au-dessus des prévisions de 2001); 3. le calendrier de développement (considéré comme particulièrement risqué du fait du déroulement simultané des phases d’essai et de production); 3. les rivalités interarmes  (manifestes tant au niveau de la définition des besoins opérationnels que dans la gestion de l’ensemble du programme); 4. la participation des alliés (la présence des huit partenaires, dont la Grande-Bretagne, l’Italie, le Danemark et les Pays-Bas, est jugée pratique pour payer une partie des frais, assurer les débouchés à l’exportation, et contrer les tentations d’annulation du programme).

Les préparatifs de la mise sur pied du Centre de commandement des États-Unis pour l'Afrique s’intensifient, avec la nomination en juillet du général afro-américain William « Kip » Ward à la tête de la nouvelle structure. AFRICOM, responsable des 53 pays africains que supervisaient jusqu’ici trois commandements régionaux US, deviendrait pleinement opérationnelle en 2008. Les détails restent, pour l’heure, un mystère. Les pays africains, plutôt sceptiques, ne se bousculent pas pour accueillir le quartier général, tandis qu’à Washington la guerre bureaucratique fait rage entre le Département d’Etat et le Pentagone pour savoir lequel des deux aura la haute main sur la politique africaine de l’Amérique. Toutefois, à l’audition que le Sénat organisait en août sur le sujet, il y eut au moins consensus pour reconnaître l’importance accrue du continent noir pour les intérêts stratégiques (énergie, chasse aux terroristes, zones d’influence) des US.

De son côté, la politique africaine de l’Union européenne est en pleine redéfinition, avec l’adoption d’une nouvelle stratégie UE-Afrique prévue pour décembre prochain à l’occasion du sommet de Lisbonne. Six opérations PESD (politique européenne de sécurité et de défense) sont actuellement en cours sur le continent africain, sans compter celle qui se prépare au Tchad. Pour rappel, l’un des épisodes d’affrontement les plus flagrants entre l’UE et l’OTAN eut lieu en 2005 au sujet du Darfour (les deux organisations, incapables de décider laquelle viendrait à la rescousse de l’Union africaine, finirent par lancer deux opérations simultanées). Et si l’an dernier le premier exercice grandeur nature de l’OTAN en Afrique (Steadfast Jaguar 2006) s’est finalement tenu aux îles du Cap Vert, c’est parce que la France s’opposait à ce que l’Alliance atlantique l’organise en Afrique continentale. C’est sous cet angle que l’on apprécie pleinement le périple de deux mois, terminé fin septembre, pendant lequel le 1er Groupe maritime permanent OTAN (SNMG1: Allemagne, Canada, Danemark, États-Unis, Pays-Bas, Portugal) a fait le tour du continent noir.

A sa réunion du 25 septembre, le comité directeur de l’Agence européenne de défense (ADE) annonce un plan d’action pour la mise en œuvre de la « Stratégie pour la Base industrielle et technologique de défense (BITD) européenne » adoptée en mai dernier. Pour le directeur exécutif de l’ADE, le Britannique Nick Witney, ce fut la dernière réunion avant qu’il ne quitte l’organisation pilotée par lui depuis sa création en juillet 2004. Au Conseil économique de la Défense qui l’avait invité en France cet été, Witney a fait part de sa conviction que l’ADE doit encourager les coopérations entre petits groupes de pays. En particulier, il a jugé positif le fait que d’autres Etats membres sont allés de l’avant sans le Royaume-Uni dans les domaines où celui-ci a préféré ne pas participer. Le nouveau chef de l’Agence, Alexander Weis, ancien directeur national de l’armement adjoint de l’Allemagne (ayant aussi travaillé au Ministère français de la Défense dans le cadre d’un programme d’échange) s’est donné comme priorité le lancement de nouveaux projets et programmes.


share:

Tags:
armement, défense antimissiles, joint strike fighter/f-35


Brèves
Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...






Les plus lus





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS