Recherche avancée


Recherche avancée

Mot clé:
Genre:
Date:
-
Pourquoi l'Amérique comprend mal le monde, de Paul R. Pillar (Note de lecture)
Note IVERIS
11 sept, 2016


A l’approche de la présidentielle US, il n’est sans doute pas inutile de méditer sur l’exceptionnelle continuité de la politique étrangère américaine, que ce soit entre George W. Bush et Barack Obama ou entre William (Bill) Clinton et Ronald Reagan. Certes, la première marque de la politique étrangère d’une grande puissance est toujours ses invariables, quels que soient les hommes et les circonstances. Cela étant dit, l’Amérique est un cas à part. Elle se caractérise à la fois par une vision déformée de son rapport avec le « reste du monde » et par une incapacité flagrante à corriger cette déformation initiale, qui découlent, toutes les deux, directement de sa géographie et de son histoire.
Au Levant, la France s’engage encore plus sous direction américaine
Notes d’actualité, 25 févr, 2015

Le voilà, le porte-avions Charles de Gaulle arrivé sur place pour renforcer considérablement (quoique de manière provisoire) le dispositif français dans la lutte contre Daech, au sein de la coalition internationale. Sans même le moindre espoir qu’un tel redoublement d’efforts puisse se traduire par une quelconque influence, ne serait-ce qu’infinitésimale, sur la stratégie et les modes d'action de ladite coalition. Car celle-ci, composée d’une trentaine d’Etats, marche (ou dans ce cas-ci plutôt : bombarde) au pas dicté par Washington. Ce qui nous amène à deux remarques. 
L'Amérique piégée par ses propres « récits »
Notes d’actualité, 03 févr, 2015

Le discours américain au sujet des adversaires (réels ou potentiels) a toujours tendance à osciller entre deux extrêmes. Tantôt c'est l'exagération exponentielle de la menace, tantôt c'est le dénigrement complet et le mépris total. Ce qui fait la particularité de l'attitude US, c'est que pour souligner tel ou tel point, ils sont prêts à combiner les deux - un exercice pour le moins délicat. Pour preuve : interviewé sur CNN et parlant de la crise russo-ukrainienne, le président Obama vient de le rater avec fracas.
Obama sur la corde raide, entre l'Europe et l'Asie
Notes d’actualité, 24 avril, 2014

C’est un vrai numéro d’équilibriste que le président Obama tente de réussir entre ses alliés en Europe d’un côté, et ceux en Asie de l’autre. Le voilà donc en pleine crise ukrainienne, parti faire une tournée pour rassurer ses partenaires asiatiques que le pivot vers eux existe bel et bien - le contraire du message que l’administration US s’efforce d'envoyer à ses alliés européens. 
Analyse à chaud : Quadrennial Defense Review 2014
Notes d’actualité, 06 mars, 2014

Le voilà, le tout nouveau Quadrennial Defense Review du Pentagone, prêt à être disséqué par les alliés anxieux de voir s’ils sont toujours dans les bonnes grâces de Washington. De ce point de vue, le document est dans la droite lignée de la rhétorique-tactique des responsables US, telle qu’elle fut exposée lors de la Wehrkunde (Conférence sur la sécurité annuelle à Munich) de février dernier. L’Amérique y souffle le chaud (tout en fanfare) et le froid (en catimini). Convaincue, à juste titre, que c’est la meilleure manière de rendre les Européens toujours plus dociles.
Petites perles de la semaine écoulée (1 décembre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 01 déc, 2013

OTAN
Accord avec l'Iran: le bouclier toujours d'actualité (Otan).  Panique à bord. Enfin pas tout à fait, puisque l’Alliance a déjà ses éléments de langage tout prêts. Que le bouclier antimissile US/OTAN soit privé d’ennemi suite à l’accord avec l’Iran ? Jamais ! Il aura fallu de longues années pour « l’imposer aux Européens réticents » (les mots sont d’un ancien ambassadeur US à l’OTAN). 
Petites perles de la semaine écoulée (17 novembre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 17 nov, 2013

Relations transatlantiques
L’Europe perd confiance en Obama; d’après un article dans Wall Street Journal, signé par l’ancien rédacteur en chef d’International Herald Tribune. Plein de citations et de détails croustillants, l’article n’en est pas moins « truqué » subtilement. Sans doute le prix à payer pour rester dans le politiquement correct, tout en critiquant notre grand allié américain. N'empêche.
Petites perles de la semaine écoulée (20 octobre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 20 oct, 2013

Autonomie stratégique
L’appareil de défense français est sous la double tutelle de l’Otan et des Etats-Unis. Le compte-rendu commenté de Christian Harbulot (sur le colloque abordant l’épineuse question de l’avenir de l’industrie de défense française) est une vraie petite perle. Il serait difficile de ne pas y ajouter une remarque quand même. « La France n’a plus les moyens de son autonomie stratégique », selon le général Vincent Desportes. En réalité, c’est plus grave encore. Elle semble surtout ne plus en avoir l’ambition.
Petites perles de la semaine écoulée (6 octobre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 06 oct, 2013

Shutdown (fermeture de l’Etat fédéral aux Etats-Unis)
Barroso serait-il un tantinet rancunier envers l’Amérique ? Visiblement, même le très atlantiste président de la Commission européenne trouve difficile à digérer la manière dont les US n’ont pas cessé de donner des leçons à l’Europe en matière de gestion de la crise financière. Se posant en modèle, Washington n’hésitait pas à humilier les dirigeants européens le plus publiquement possible (se sentant en terrain conquis, il est même allé jusqu’à s’introduire à une réunion des ministres des finances de l’UE sans y être invité).
Le « pivot » mis en perspective
Notes d’actualité, 29 sept, 2013

Un récent billet du Center for European Reform identifie pas moins de quatre différentes approches européennes par rapport à la réorientation des USA vers l’Asie, annoncée brusquement en janvier 2012, sans ménagement aucun envers les susceptibilités euro-atlantistes.
Petites perles de la semaine écoulée (29 septembre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 29 sept, 2013

Le Royaume-Uni
Hard-up RAF flies second-hand spy planes in US coloursL'ultime plaisanterie: les anciens-nouveaux avions d'espionnage britanniques voleront sous les couleurs de l'US Air Force. Après l'affaire Snowden qui a mis en évidence à quel point les renseignements électroniques de Sa Majesté fonctionnent, dans la pratique, comme une filiale financée et dirigée par l'Amérique, il fallait le faire. A quand le remplacement de "Union Jack" par "Stars and Stripes", pour réaliser des économies d'échelle?
Petites perles de la semaine écoulée (22 septembre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 22 sept, 2013

Relations transatlantiques
Dîner Atlantik-Brücke à Francfort. Trois points à souligner dans un discours récent du nouvel ambassadeur US en Allemagne. Un sur le TTIP, un sur le lobbying, un sur l'affaire des écoutes de la NSA.
Petites perles de la semaine écoulée (15 septembre 2013) – compilation des entrées sur Google+
Brèves, 15 sept, 2013

Politique étrangère et de défense de l’UE
Austérité: 25 millions d'Européens menacés de pauvreté. Pour rappel : cet excellent papier de Sven Biscop sur le modèle social européen comme base de référence et de légitimité pour la politique étrangère de l'UE. Si le sauvetage de l'euro se fait de manière à fragiliser le contrat social qui lie les peuples à leurs gouvernements, la crédibilité de l'Europe sur la scène internationale s'en trouve remise en cause.
Vous avez dit armes chimiques ? – l’Amérique amnésique
Notes d’actualité, 06 sept, 2013

Inutile de répéter tout ce qui a mille fois été dit, à juste titre, sur la barbarie que constitue l’usage d’armes chimiques, et en particulier contre des populations civiles. Impossible, en même temps, de passer à côté de l’imposture des Etats-Unis quand ils dénoncent haut et fort une violation des sacro-saintes normes internationales aujourd’hui.
Renseignement américain : les factures du « colosse »
Brèves, 30 aout, 2013

Les révélations du Washington Post sur le budget noir du renseignement US ont un double intérêt. D’une part ce que le journal confirme, de l’autre ce qu’il retient. La « position dominante » de la CIA est soulignée, en précisant que la croissance vertigineuse de ses dépenses a servi à « financer des prisons secrètes, un programme d’interrogation controversé, le déploiement de drones tueurs » etc. Le constat est sec : « l’agence s’est transformée d’un service d’espionnage qui peine à sortir de la guerre froide, en une force paramilitaire ». Avec un budget de 2,6 milliards de dollars dédié aux seules opérations secrètes. Les documents confirment également la sur-technologisation du renseignement américain : « la dépendance par rapport aux systèmes de surveillance high-tech s’est encore accentuée pour combler les lacunes du renseignement humain ». 


Brèves
Prochainement: Présentation sur le numéro d'équilibriste du président Macron, FPRI

At a crucial moment in European history, France went to the...

Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...






Les plus lus

Prochainement: Présentation sur le numéro d'équilibriste du président Macron, FPRI

At a crucial moment in European history, France went to the...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS