Langage:   Language:   Nyelv:  
Advanced search


Naval Forces of NATO Countries: Dependency Problems

(This article is not available in English.)
26 septembre, 2013
New Brief
Hajnalka Vincze
Une récente analyse sur les capacités maritimes des pays de l’OTAN met le doigt sur le fait qu’au moment même où l’Amérique se réoriente vers l’Asie, la dépendance des Européens par rapport aux Etats-Unis en matière de forces navales ne cesse de grandir. C'est vrai. Mais deux petites remarques s’imposent à ce sujet. Si les flottes européennes se réduisent comme une peau de chagrin, c’est aussi parce que les budgets (déjà en baisse) sont phagocytés par notre participation/soumission au système militaro-industriel américain. Soit par choix (contributions aux programmes JSF et bouclier antimissile, achats sur étagère), soit ensuite par obligation (une fois acheté, l’entretien et la modernisation du matériel US se fait au moment et au coût dicté par le Pentagone, selon la logique des « block upgrades »), les décideurs européens se retrouvent contraints de sacrifier leurs autres capacités.
 
Par ailleurs, ce n’est pas à cause du « pivot » que la dépendance sur les forces navales US (ou d’un quelconque tiers) est pour le moins problématique. Déjà, il y a presque 20 ans, les Américains n’ont pas hésité à retirer sans préavis, unilatéralement, leurs bâtiments d’une opération en cours de l’OTAN (qui se déroulait conjointement avec l’UEO, l’Union de l’Europe occidentale). C’était l’opération Sharp Guard, destiné à faire respecter au large de l’ex-Yougoslavie l’embargo onusien sur les armes. Suite à un amendement déposé par deux sénateurs US, les navires américains en ont été retirés du jour au lendemain.
 
Une preuve de plus, s’il en fallait, que pour Washington les engagements transatlantiques seront toujours à la merci des aléas de la politique intérieure US – ce qui est par ailleurs son droit le plus élémentaire, à savoir de définir et de suivre ses prores priorités et ses propres intérêts. Notre devoir serait de procéder en sorte que nous puissions faire de même. C’est aussi le seul moyen de ne pas nous retrouver au dépourvu si jamais il y a d’autres amendements.

share:

Tags:
forces navales, otan


News Briefs
EU Seat on the UNSC? A False Good Idea: Attractive but Counterproductive

It would be desirable to see Europe “speaking with one voice”...

The French defense minister tries to convince the US on the idea of European autonomy

At the Atlantic Council in Washington, Florence Parly...

Macron against the US-bound diversion of European defense budgets

Emmanuel Macron has rocked a very sensitive boat. For decades,...

On Syria and Trump, President Macron in the illusion of influence

A couple of seconds within a two-and-a-half hour television...

Europe’s Voters Have Spoken…But What Did They Say?

I had the pleasure to discuss the results of German elections,...

Conversation on the eve of French presidential elections

I had the pleasure to discuss the upcoming French elections with...

EU calls for non-interference from America

During a discussion at the Atlantic Council in Washington,...

Jump into the Unknown - guide to the Trump Presidency (Foreign Affairs)

 
Soon-to-be President Trump, the best ally for France's European policy

NATO "obsolete", the Brexit "a success"? The bluntly expressed...

Blame on Putin?

 





Most popular

EU Seat on the UNSC? A False Good Idea: Attractive but Counterproductive

It would be desirable to see Europe “speaking with one voice”...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS