Recherche avancée


Petites perles de la semaine écoulée (6 octobre 2013) - compilation des entrées Google+

06 octobre, 2013
Brève
Hajnalka Vincze
Shutdown (fermeture de l’Etat fédéral aux Etats-Unis)
Barroso serait-il un tantinet rancunier envers l’Amérique ? Visiblement, même le très atlantiste président de la Commission européenne trouve difficile à digérer la manière dont les US n’ont pas cessé de donner des leçons à l’Europe en matière de gestion de la crise financière. Se posant en modèle, Washington n’hésitait pas à humilier les dirigeants européens le plus publiquement possible (se sentant en terrain conquis, il est même allé jusqu’à s’introduire à une réunion des ministres des finances de l’UE sans y être invité).
 
Sans vouloir cibler clairement les Etats-Unis, les propos de Barroso sont tout de même plutôt explicites : "EurActiv a demandé à José Manuel Barroso s'il avait des conseils à donner à Washington. Il a répondu que si l’UE était dans la même situation, ses partenaires mondiaux la jugeraient « de façon impitoyable ». « Si cela était arrivé en Europe, que ne dirait-on pas sur l’Europe ? Imaginez que nous ayons maintenant un shutdown au niveau des institutions européennes. Que dirait-on de l'Europe ? », s’est demandé le président de l'exécutif européen, en ajoutant que le Vieux Continent ferait l'objet de caricatures et de moqueries. »
 
Si, comme dit l’article, « José Manuel Barroso n'a pas l'intention de critiquer les "amis américains" de l’Europe », on imagine ce qu’il en serait si l’envie lui venait un jour. « Pendant la crise, j’entendais tellement de gens dire : "vous en Europe, vous n’êtes pas capables de prendre des décisions, vous êtes paralysés, etc.".  Maintenant je tiens à dire : "écoutez, finalement, ce n’est pas simplement en Europe, ça peut arriver dans des démocraties, même si c’est un seul pays. Alors, soyons tous plus modestes ». (Barroso : un « shutdown » en Europe serait tourné en dérision, www.euractiv.fr, 4 octobre 2013)
 
US embassy to EU in phase one of 'shutdown' Petit souvenir : il s’agit de l’ambassade américaine à l’UE qui a vu ses effectifs augmenter de moitié au lendemain de l’annonce, en 1999, du lancement de la politique de défense européenne. Afin de garder un œil sur celle-ci, et s’assurer qu’elle ne heurte en rien la prédominance US/OTAN en matière de sécurité sur notre continent. Vu l’évolution de la PSDC depuis, ‘shutdown’ ou pas ‘shutdown’, les diplomates US peuvent dormir  tranquille.
 
'The memo notes that representatives of the world's only superpower must stop "purchases of equipment, services, or supplies. It says: "No new travel should be arranged; no one should make new arrangements to attend conferences" and "no new offers of employment may be made". It also says staff should not organise cocktail parties or other "representational events."' (US embassy to EU in phase one of 'shutdown', EUObserver, 2 octobre 2013)
 
L’A400M
A 400M Tout simplement le meilleur - Simply the best. A l'occasion de la réception officielle par la France de son premier A400M, Orléans, relire cet excellent rapport du Sénat. (Bertrand AUBAN, Daniel REINER et Jacques GAUTIER, A 400M Tout simplement le meilleur - Simply the best, Rapport d'information n° 627, de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, 4 juillet 2012).
 
Historique : Reportage photos de Theatrum Belli sur la cérémonie d'accueil et de baptême du 1er A400M Atlas à la base aérienne 123 d'Orléans. Magnifique, à couper le souffle. Fait penser à cette phrase de Marcel Dassault: « Un bel avion est un avion qui vole bien ». (Theatrum Belli, 2 octobre 2013).
 
Emploi des forces et opinion publique
SF, drones et mercenaires: comment réduire l'impact des pertes au combat sur l'opinion publique. Peut-être l'opinion publique serait-elle naturellement plus tolérante (et plus respectueuse) envers les pertes inévitables si les dirigeants étaient plus regardants sur les guerres où ils envoient nos soldats? Difficile de tolérer l'idée de perdre des hommes juste « pour être bien vus de Washington »... (Philippe Chapleau, SF, drones et mercenaires: comment réduire l'impact des pertes au combat sur l'opinion publique, Lignes de défense, http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr, 2 octobre 2013).
 
OTAN/ ambiance
La Turquie justifie sa décision d’acquérir des systèmes chinois de défense aérienne. « Les Chinois nous ont donné le meilleur prix ». De quel droit les alliés s'en offusquent-ils ? A force de clamer haut et fort que la défense est un poste budgétaire comme les autres, et que nos achats d'équipements doivent être guidés par le seul principe du "best value for money", pourquoi ne pas aller au bout de la logique? A moins d'un changement radical de paradigme, un jour on finira tous par faire nos emplettes militaires à Pékin.
 
Par contre, il semblerait que le cas turc est un différent cas de figure. Vu le focus sur les accords de co-production et de transfert de technologie, plutôt qu’un d’un choix purement mercantile, il s’agit de considérations politiques, soit comme tactique de négociation, soit comme véritable souci de souveraineté. (La Turquie justifie sa décision d’acquérir des systèmes chinois de défense aérienne, Zone militaire, http://www.opex360.com, 2 octobre 2013).
 
La Chine
China's Military Expansion - A Chinese Perspective. La perspective chinoise sur la narrative qui présente Pékin comme une menace militaire globale. Notons qu'il s'agit là des aspects strictement militaires, l'activisme économico-financier (comme celui des fonds de souveraineté chinois) est un tout autre débat. De toute façon, ce sont là les gouvernements européens qui s'exposent de leur plein gré à l'entrisme et à la concurrence déloyale.
 
Revenant aux questions de défense proprement dit: "In July, China's ambassador to Washington spoke to CNN. Addressing the issue of the USA's "strategic pivot" to Asia, Cui Tiankai said it was "not quite in proportion to the real threat". Cui also suggested the USA was using the threat of North Korea as a pretext to strengthen military alliances in the region." S'en suit un démontage, certes ouvertement partial mais non moins éclairant, des arguments les plus souvent entendus pour décrire la menace chinoise. A lire pour connaître l'autre face de la médaille. (Ai Zhong-Guo, China's Military Expansion - A Chinese Perspective, International security Network, 30 septembre 2013)
 
Affaire NSA/Snowden
'Follow the Money': NSA Monitors Financial World. Compromis UE-US violé par l'Amérique. Et dire comment les Européens se prenaient au sérieux, en négociant point par point l'accord SWIFT entre l'UE et l'US avec un minutieux détail. Pour Washington c'était que du spectacle. A bien garder à l'esprit pendant que nos dirigeants négocient le TTIP, pleins d'enthousiasme.
 
"The most politically explosive revelations concern the agency's secret access to the SWIFT networks. Following extensive debates, in 2010 the European Union signed the so-called SWIFT agreement with the US.  NSA documents from the archive of whistleblower Edward Snowden now show that the compromise reached with the EU is apparently being circumvented by the US. A document from the year 2011 clearly designates the SWIFT computer network as a "target."
 
"According to the documents, one of the various means of accessing the SWIFT information has existed since 2006. Since then, it has been possible to read the "SWIFT printer traffic from numerous banks. The conflict is also particularly sensitive because the documents reveal the close involvement of the US Treasury in selecting the program's spying targets. Indeed, according to the documents, there is an exchange of personnel in which NSA analysts are transferred for a number of months to the relevant department in the US Treasury." (Laura Poitras, Marcel Rosenbach and Holger Stark, 'Follow the Money': NSA Monitors Financial World, Speigel Online 16 septembre 2013).
 
Joint Strike Fighter
F-35 JPO Draws ‘Quality Assurance’ Critique from DoD IG. D'après l'Inspecteur général du Pentagone, "le programme à un trillion de dollars" n'est toujours pas vraiment fiable. “Our assessment determined that the F-35 JPO oversight of Lockheed Martin was inadequate and that the Defense Contract Management Agency (DCMA) oversight of the contractors was ineffective. These issues may result in nonconforming hardware, less reliable aircraft, and increased cost,” according to the report." (F-35 JPO Draws ‘Quality Assurance’ Critique from DoD IG, http://defensetech.org, 30 septembre 2013).
 
Négociations de libre-échange
TPP a Trojan horse. Il paraît que le pendant asiatique de la TTIP (accord de libre-échange transatlantique en négociation) n'est pas non plus un franc succès populaire. "In 2008, the United States joined the talks "and has espoused a hard core complete free trade policy", which has vastly expanded the scope of the negotiations. With both the US and Japan as participants, the pact would cover nearly 40% of the world's economy."

"Although the TPP negotiations have been held in the name of the people, the draft texts have been shrouded in secrecy not only from the public, but also members of the Diet in Japan, and civil society, thereby precluding public scrutiny and public input. Reportedly, the countries have signed up not to reveal the contents of the agreement for four years after the signing of the agreement.  All public information comes from leaked texts. Bizarrely, the TPP makes a special exception to "a group of some 600 trade 'advisers', dominated by representatives of big businesses."
(Sachie Mizohata and the Association of University Faculties , TPP a Trojan horse, in Asia Times, 27 septembre 2013).
 
La négociation du Pacte transatlantique UE-USA est mal engagée. Rappelons que l’exception culturelle est un point névralgique des relations franco-américaines depuis fort longtemps. En 1946, l’accord Blum-Byrnes lie les emprunts d’argent US à la France à la condition de laisser entrer les films américains librement, et de limiter le quota réservé aux films français à quatre semaines sur treize, soit une diminution de moitié par rapport aux années  précédentes.

Lors des négociations à l’OMC portant sur la libéralisation des services dans les années 1990, La France a beaucoup profité de sa fermeté sur le volet audiovisuel. En prenant une position sans concession qui « refuse de considérer la culture comme une marchandise », la France a su fédérer l’UE derrière elle. Grâce à cette image de chef de file naturel contre le rouleau compresseur américain, les répercussions positives pour la diplomatie française s’étendaient même à d’autres partenaires et à d’autres domaines.

 

Pour ce qui est des négociations actuelles, l'article note que « Avant même le report des dernières discussions commerciales prévues entre l'Union européenne et les Etats-Unis, les négociations visant à donner naissance au pacte de libre échange le plus important au monde s'annonçaient particulièrement ardues. La France a réussi une nouvelle fois à imposer le concept de l'"exception culturelle", qui exempte les industries culturelles de tout libre échange pur et dur, aux Etats-Unis, au risque que ces derniers demandent la même faveur dans d'autres secteurs, pour des motifs de sécurité. »

« Une première série d'entretiens en juillet a pâti de l'affaire des écoutes mondiales de la National Security Agency (NSA) américaine révélées par l'ancien consultant de l'agence en fuite Edward Snowden et qui auraient aussi concerné des bâtiments de l'Union européenne. Alors même que les négociateurs allaient entrer dans le vif du sujet pour aboutir à un accord d'ici la fin de l'année prochaine, la fermeture partielle des administrations fédérales américaines a provoqué l'ajournement des discussionsqui devaient avoir lieu la semaine prochaine à Bruxelles. Enfin, de fortes divergences se font jour entre Bruxelles et Washington sur l'un des domaines les plus importants d'un éventuel futur pacte: la finance. » (La négociation du Pacte transatlantique UE-USA est mal engagée, Reuters, 6 octobre 2013).

share:

Tags:
affaire nsa/snowden, politique américaine, ttip, otan, armement, joint strike fighter/f-35


Brèves
Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...






Les plus lus





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS