Recherche avancée


La Russie aurait-elle vraiment mal calculé ?

05 avril, 2014
Brève
Hajnalka Vincze
Au vu de l’OTAN revivifiée, sous prétexte d’un nouveau « clear and present » danger, la question se pose inévitablement: le président Poutine se serait-il tiré une balle dans le pied ? Certainement pas. Quoi que l'on puisse penser du reste, il est difficile de croire que le pouvoir russe n’ait pas prévu la réaction de l’Alliance. C’était plus que prévisible – c’était évident. Pourquoi Moscou a donc pris le risque d’aller de l’avant avec un plan qui promettait, dès le départ, non seulement d'antagoniser mais aussi de ressouder l’Occident ?
 
La réponse est simple. C’est parce que l’Occident fut déjà sur cette même pisteavant la crise en Ukraine. Le détricotage de la défense européenne, les négociations de libre-échange transatlantique (TTIP), la revalorisation de l’article 5, la crispation atlantiste des Européens à la suite du « pivot » US, de même que leur empressement à se placer sous tutelle pour cause de coupes budgétaires, étaient autant de pas vers l’objectif ultime, « une communauté transatlantique véritablement intégrée », pour reprendre les mots du Secrétaire général de l’Alliance. Ce n’était plus qu’une question de temps.
 
Dans ce contexte, la Russie n’avait pas beaucoup à perdre. Elle, qui avait suivi avec sympathie le lancement de la défense européenne à l’époque (vu comme signe d’émancipation des Européens par rapport au dogme du tout-OTAN), elle a fini par admettre qu’il était désormais sans objet de considérer l’UE et l’OTAN séparément. L’Europe comme partenaire stratégique potentiel a cessé d’exister à force de s'enfermer dans sa soi-disant « complémentarité » avec les USA/l’Alliance. Par conséquent, la crise en Ukraine n'a pas déclenché une sorte de réaffirmation du soi-disant Occident; elle n'a fait qu'accélérer (et rendre beaucoup plus visible) un mouvement engagé depuis un bon bout de temps.

share:

Tags:
russie, crise ukrainienne, relations transatlantiques, otan


Brèves
Sur la Syrie et Trump, le président Macron dans l’illusion de l’influence

Quelques secondes dans un entretien...

Entretien au lendemain des élections allemandes

J'ai eu le plaisir de discuter des résultats des élections...

Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...






Les plus lus

Sur la Syrie et Trump, le président Macron dans l’illusion de l’influence

Quelques secondes dans un entretien...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS