Langage:   Language:   Nyelv:  
Advanced search


An Energy ECSC, à la polonaise

(This article is not available in English.)
23 avril, 2014
New Brief
Hajnalka Vincze
D’après le Premier ministre polonais, la dépendance excessive au gaz russe rend l’Europe faible et à la merci des prix fixés par la Russie. C’est même, précise-t-il, « le B-A BA de l’économie ». Il n’a pas tout à fait tort au départ. Toute dépendance excessive (et unilatérale) se paye, en règle générale. Mais au lieu de proposer sur le champ une CECA* de l’énergie, on aimerait bien voir M. Tusk appliquer sa science d’une manière à la fois plus rigoureuse et plus large, si possible.
 
 

Pour ce qui est de son projet d’Union européenne de l’énergie, le dirigeant polonais n’est certainement pas sans ignorer les divergences de taille qui existent entre les (non plus 6 mais) 28. Le degré de la dépendance, le seuil de tolérance y afférent, de même que le profil énergétique (la part respective du nucléaire, du charbon, du gaz ou du renouvelable) peuvent varier d’un extrême à l’autre selon les Etats membres. D’où des frictions constantes, culminant récemment dans les remontrances publiques de Varsovie à l'encontre de son voisin allemand.
 
En effet, le même Tusk n’avait pas hésité à lancer une mise en garde dès mars, en déclarant que « La dépendance de l'Allemagne au gaz russe peut limiter réellement la souveraineté de l'Europe ». Pour une fois qu’un responsable polonais se soucie des questions de la dépendance et de la souveraineté européennes, on tient d'abord à le féliciter. Toujours est-il que l’on attend (et ce depuis longtemps) de le voir appliquer cette même vision exigeante lorsqu’il s’agit d’autres acteurs extérieurs (Etats-Unis) et d’autres secteurs stratégiques (armement).
 
De toute évidence, il n’en est rien. A l’ombre de la crise ukrainienne, plus que jamais Varsovie ne jure que par l’alliance américaine. Dans cet esprit, M. Tusk proposemême (et surtout) de se tourner vers les USA et son fameux gaz de schiste pour diversifier nos approvisionnements énergétiques. Ce faisant, il ajouterait donc une petite dépendance supplémentaire (énergétique) à une dépendance massive déjà existante (en matière de sécurité et d’armement). Ce qui contredit quand même directement « le B-A BA » de la réflexion stratégique.
 
 
*Communauté européenne du charbon et de l’acier, fondée en 1952 par les Six (France, Allemagne de l’Ouest, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Italie).

share:

Tags:
pologne, crise ukrainienne, énergie


News Briefs
EU Seat on the UNSC? A False Good Idea: Attractive but Counterproductive

It would be desirable to see Europe “speaking with one voice”...

The French defense minister tries to convince the US on the idea of European autonomy

At the Atlantic Council in Washington, Florence Parly...

Macron against the US-bound diversion of European defense budgets

Emmanuel Macron has rocked a very sensitive boat. For decades,...

On Syria and Trump, President Macron in the illusion of influence

A couple of seconds within a two-and-a-half hour television...

Europe’s Voters Have Spoken…But What Did They Say?

I had the pleasure to discuss the results of German elections,...

Conversation on the eve of French presidential elections

I had the pleasure to discuss the upcoming French elections with...

EU calls for non-interference from America

During a discussion at the Atlantic Council in Washington,...

Jump into the Unknown - guide to the Trump Presidency (Foreign Affairs)

 
Soon-to-be President Trump, the best ally for France's European policy

NATO "obsolete", the Brexit "a success"? The bluntly expressed...

Blame on Putin?

 





Most popular





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS