Recherche avancée


Le président Hollande sur la question des Mistral

Note IVERIS - 31 aout, 2015
Brève
Hajnalka Vincze
Pour le chef de l’Etat qui s’est exprimé à la conférence des ambassadeurs « Il ne s'agit pas non plus, parce que nous sommes un pays qui fabrique des armements et les exporte, d'abandonner nos convictions et nos principes ». Les principes, certes, c’est important. Mais, s’agissant des Mistral, les Etats-Unis ont décidément tout fait pour que la France les applique au bon moment. 


Pour rappel : le 17 mars 2014, c’est après la confirmation d’intenses « consultations » entre Paris et Washington sur la coopération militaire franco-russe, que le Quai d’Orsay a annoncé une éventuelle annulation de la vente des porte-hélicoptères. Mais dès 2010 le patron du Pentagone avait tenté de faire pression sur son homologue français en lui lançant des mises en garde. « Cet accord /franco-russe sur la vente des Mistral/ enverra un mauvais message à la Russie et à nos alliés en Europe centrale et orientale ».

Le président Hollande peut se féliciter aujourd’hui que « Jamais les produits français, pas seulement les Rafale, par leur technologie, ont fait l'objet d'autant de sollicitations ». En invitant, « ceux - il y en a toujours - qui annonçaient la fin de la crédibilité de la France comme exportateur de matériels militaires, à consulter les chiffres. » Certainement. Les chiffres aussi, c’est important. Et l’industrie française de l’armement est, en effet, très performante. Toujours est-il qu'une participation au bouclier antimissile de l'OTAN (ou une commande pour de paquebots américains géants) n'envoie pas exactement le même message politique qu'un contrat stratégique entre la France et la Russie.

Encore que, cela pourrait être pire. Certes, la Pologne avait ouvertement fait chanter Paris, en disant que la vente des Mistral « ne l'aidait pas » à choisir un constructeur européen pour son système de défense aérienne. Même après la suspension du contrat avec la Russie, Varsovie a fait le choix des Patriots américains. Mais elle y a au moins ajouté un geste, en achetant à Airbus des hélicoptères. Surtout, jusqu'ici aucune suite n'a été donnée à une initiative de parlementaires US, particulièrement humiliante, selon laquelle la France pourrait louer ou vendre ses Mistral à... l'OTAN.
 

share:

Tags:
armement, russie, politique étrangère de la france


Brèves
Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...






Les plus lus





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS