Recherche avancée


Airbus invente l’industrie d’armement apolitique

Note IVERIS - 01 décembre, 2015
Brève
Hajnalka Vincze
Après avoir délibérément dés-européanisé le nom de son groupe, l'ex-EADS, le PDG d’Airbus reste fidèle à ses convictions. Au sujet de la vente prévue des activités liées à l’électronique de défense d’Airbus, Tom Enders déclare être indifférent à la nationalité de l’acquéreur, puisque seul le prix compte... 

« Si nous vendons quelque chose, je dois en obtenir le meilleur prix possible », a-t-il dit dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung. En prenant le soin de préciser qu’il procède ainsi, en considérant même les offres hors Europe, « contrairement à certaines recommandations venant de la sphère politique ».


Après tout, il est temps de chasser cette idée fantaisiste selon laquelle l’industrie de défense aurait quelque chose à voir, Dieu nous en garde, avec la (géo)politique… Seul problème : celui qui se proclame pionnier de cette nouvelle vision est à la tête d’une société dépositaire, entre autres, de l’une des clés de la dissuasion (notamment les missiles à bord des sous-marins nucléaires lanceurs d’engin). Et qu’il vient de mettre la main, à travers ce qui ressemble fort à une gabegie politico-industrielle, sur Ariane 6, la prochaine fusée européenne.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier l’approche « apolitique » et « apatride » de Tom Enders. Une approche manifestement partagé par le grand « stratège » du groupe, le français Marwan Lahoud. Lors de son audition à l’Assemblée nationale en mai dernier, celui-ci tenait à souligner la chute des budgets de défense en Europe et le déplacement du centre de gravité des activités aéronautiques. D’où ce qu’il nomme « le grand écart » : « Si 90 % de notre effectif est employé en Europe de l’Ouest, principalement en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume Uni, notre chiffre d’affaires est pour plus de 70 % réalisé hors de ces quatre pays ».

Or, dans la tête des dirigeants-gestionnaires d’Airbus, qui dit argent dit aussi loyauté… Dans cet esprit, Marwan Lahoud n’a pas manqué de lancer un avertissement à peine voilée : « J’ajoute que l'activité ‘défense’ nous ancre en Europe ; si elle devait disparaître ou être réduite à la portion congrue, nous n’aurions plus besoin de rester »…
 
 
 

share:

Tags:
airbus, armement


Brèves
Sur la Syrie et Trump, le président Macron dans l’illusion de l’influence

Quelques secondes dans un entretien...

Entretien au lendemain des élections allemandes

J'ai eu le plaisir de discuter des résultats des élections...

Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...






Les plus lus

Sur la Syrie et Trump, le président Macron dans l’illusion de l’influence

Quelques secondes dans un entretien...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS