Recherche avancée


Airbus invente l’industrie d’armement apolitique

Note IVERIS - 01 décembre, 2015
Brève
Hajnalka Vincze
Après avoir délibérément dés-européanisé le nom de son groupe, l'ex-EADS, le PDG d’Airbus reste fidèle à ses convictions. Au sujet de la vente prévue des activités liées à l’électronique de défense d’Airbus, Tom Enders déclare être indifférent à la nationalité de l’acquéreur, puisque seul le prix compte... 

« Si nous vendons quelque chose, je dois en obtenir le meilleur prix possible », a-t-il dit dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung. En prenant le soin de préciser qu’il procède ainsi, en considérant même les offres hors Europe, « contrairement à certaines recommandations venant de la sphère politique ».


Après tout, il est temps de chasser cette idée fantaisiste selon laquelle l’industrie de défense aurait quelque chose à voir, Dieu nous en garde, avec la (géo)politique… Seul problème : celui qui se proclame pionnier de cette nouvelle vision est à la tête d’une société dépositaire, entre autres, de l’une des clés de la dissuasion (notamment les missiles à bord des sous-marins nucléaires lanceurs d’engin). Et qu’il vient de mettre la main, à travers ce qui ressemble fort à une gabegie politico-industrielle, sur Ariane 6, la prochaine fusée européenne.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier l’approche « apolitique » et « apatride » de Tom Enders. Une approche manifestement partagé par le grand « stratège » du groupe, le français Marwan Lahoud. Lors de son audition à l’Assemblée nationale en mai dernier, celui-ci tenait à souligner la chute des budgets de défense en Europe et le déplacement du centre de gravité des activités aéronautiques. D’où ce qu’il nomme « le grand écart » : « Si 90 % de notre effectif est employé en Europe de l’Ouest, principalement en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume Uni, notre chiffre d’affaires est pour plus de 70 % réalisé hors de ces quatre pays ».

Or, dans la tête des dirigeants-gestionnaires d’Airbus, qui dit argent dit aussi loyauté… Dans cet esprit, Marwan Lahoud n’a pas manqué de lancer un avertissement à peine voilée : « J’ajoute que l'activité ‘défense’ nous ancre en Europe ; si elle devait disparaître ou être réduite à la portion congrue, nous n’aurions plus besoin de rester »…
 
 
 

share:

Tags:
airbus, armement


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS